Transparence de la percée
Transparence de la percée © Jörg Hempel
Exposition sur l'histoire du monastère
Exposition sur l'histoire du monastère © Jörg Hempel
Vitrine sanctuaire des mages
Vitrine sanctuaire des mages © Jörg Hempel
Caisse, informations et boutique
Caisse, informations et boutique © Jörg Hempel
Vitrine d'exposition d'une serre
Vitrine d'exposition d'une serre © Jörg Hempel
Impression sur verre de vitrine
Impression sur verre de vitrine © Jörg Hempel
Transparence de la couverture
Transparence de la couverture © Jörg Hempel
Vitrine en forme de sanctuaire
Vitrine en forme de sanctuaire © Jörg Hempel
Impression sur verre de vitrine
Impression sur verre de vitrine © Jörg Hempel
Fenêtre de visualisation dans une vitrine
Fenêtre de visualisation dans une vitrine © Jörg Hempel
Salles d'exposition dans le monastère
Salles d'exposition dans le monastère © Jörg Hempel
Vitrine translucide
Vitrine translucide © Jörg Hempel
Car le premier est perdu... 10-200x.jpg
Car le premier est perdu... 10-200x.jpg © Jörg Hempel
Le sauvetage du trésor de la cathédrale de Cologne
Le sauvetage du trésor de la cathédrale de Cologne © Jörg Hempel
Impression de vitrine
Impression de vitrine © Jörg Hempel
Projektteam Gerhard Kalhöfer, Verena Kluth, Marc Rogmans
Propriétaire Stadt Arnsberg
Stadt Arnsberg
Beteiligte Ausstellungsgestaltung: Kalhöfer & Rogmans
Datum 2005
Bildrechte Jörg Hempel

Car le premier est perdu... - conception de l'exposition

Le monde du monastère vivant, et donc 800 ans d’histoire, a disparu et a été perdu en 1803 avec la dissolution du monastère. La question qui se posait au début de cette exposition était : comment montrer quelque chose qui n’existe plus ? L’exposition est un appel à l’imagination et travaille moins avec l’objet authentique. Elle rend l’histoire transparente, mais ne cache pas son incertitude - savoir quelque chose, mais ne plus rien posséder.

Tapez. Dans les quatre salles, vous verrez quatre corps d’exposition : des serres, des produits banals de la vie quotidienne du magasin de bricolage. Leur forme de présentation - leur intégration dans l’exposition et leur position sur un piédestal - éloigne du produit hyperréaliste. Grâce à l’architecture de l’exposition et au contexte du monastère, ils sont élevés dans l’espace et deviennent des sanctuaires. Ce sont des références au passé du lieu - le sanctuaire des trois rois. Il en résulte une ambivalence entre le type historique et le type contemporain. Les deux images - sanctuaire et produit quotidien moderne - s’interpénètrent et se relativisent. Dans ses photos, nous nous déplaçons dans le temps.

Transparence. Le support utilisé pour communiquer le contenu de l’exposition est le verre. Le matériau de construction, qui n’est pas visible en soi, est imprimé ici et donc rendu visible. Ici, le verre ne veut pas simplement permettre la clarté et la transparence pure, mais créer une ambiguïté et une complexité de l’information. Le regard à travers est ici une stratégie de superposition afin de relier le réel au fictif. Il s’agit de la simultanéité temporelle et spatiale des objets et du contenu. En regardant les sanctuaires, passé et présent se superposent. Les différents niveaux de temps et d’espace sont mélangés dans un dialogue entre le premier plan et l’arrière-plan, la figure et le sol, l’espace et la surface. À cet égard, la transparence affichée n’est pas seulement une présentation formelle qui vise à créer de la spécificité et de la tension. Elle nous aide également à transmettre la contradiction et la fugacité de l’histoire. La déstabilisation des certitudes cognitives - parce que la première est perdue - est une méthode.