Options de logement 02-200x.jpg
Options de logement 02-200x.jpg © Jörg Lange
Options de logement 01-200x.jpg
Options de logement 01-200x.jpg © Jörg Lange
Options de logement 04-200x.jpg
Options de logement 04-200x.jpg © Jörg Lange
Options de logement 05-200x.jpg
Options de logement 05-200x.jpg © Jörg Lange
Options de logement 03-200x.jpg
Options de logement 03-200x.jpg © Jörg Lange
Zeitschrift: AIT Architektur, Innenarchitektur, Technischer Ausbau
Verlag: Verlagsanstalt Alexander Koch
Stadt: Stuttgart, Deutschland
Datum: 01 / 2000
Bildrechte: Jörg Lange, Wilfried Dechau

Options de logement: Options pour la construction résidentielle

Il y a quelques années, il y avait un film très réussi dans le cinéma français qui proposait deux versions en même temps. Les deux versions ont été lancées en même temps. Avant d’aller au cinéma, vous aviez le choix entre le film Smoking et sa deuxième version, No-Smoking. Cela pourrait conduire les cinéphiles qui avaient accepté de se séparer au box-office afin de regarder la version respective de la comédie relationnelle dans différentes salles. Les deux films avaient le même point de départ. Semblable à l’effet papillon de la théorie du chaos, les deux versions ont développé des scénarios radicalement différents à travers de petits événements insignifiants, de sorte qu’à la fin, il y avait douze options complètement différentes mais tout aussi plausibles. Cette méthode a conduit à un examen des personnalités dans toute leur complexité.

L’architecture est statique

La méthode d’une vue parallèle est étrangère à l’architecture et finalement à ses utilisateurs, car l’architecture est la tentative de définir clairement les espaces. Le processus de planification est avant tout un processus de prise de décision dans lequel une situation est sélectionnée et séparée des autres. Les variantes servent à déterminer l’optimum et non à obtenir des états d’écoulement dynamiques et variables. De ce point de vue, l’architecture consiste à fixer un état permanent dans lequel l’architecte et l’utilisateur sont pris au piège.

Réclamations temporaires

D’un autre côté, aujourd’hui, nous rencontrons de plus en plus le temporaire au lieu de la constante. Les processus dynamiques déterminent aujourd’hui notre vie quotidienne, dans laquelle les paramètres déterminants sont en flux continu. Les relations deviennent de plus en plus complexes et les structures en réseau changent mutuellement dans les schémas pyramidaux. À notre avis, l’époque actuelle est davantage caractérisée par un pluralisme des formes de vie et des usages. La disponibilité simultanée de différentes choses dans une situation est souhaitable.

processus

Nous avons remarqué que le facteur temps devient de plus en plus important en architecture. L’architecture d’aujourd’hui a plus à voir avec des processus qu’avec des formes concrètes. D’autres exigences d’utilisation nécessitent plus de flexibilité. Le désir d’expérimenter de nouveaux espaces conduit au changement. L’écologie exige l’adaptabilité des composants et des locaux aux cycles de temps; chaque compétition prescrit aujourd’hui 2 à 3 phases de mise en œuvre. Pour des raisons de marché, les investisseurs demandent de plus en plus des architectures flexibles: un immeuble de bureaux devrait pouvoir se transformer en immeuble d’habitation avec seulement quelques modifications. Aujourd’hui, il s’agit moins du concret, du non-ambigu et plus du «aussi bien que». Il s’agit de différentes utilisations possibles d’une situation spatiale planifiée à l’intérieur et à l’extérieur d’un bâtiment. Une détermination claire de l’espace et de la fonction devient de plus en plus restrictive. Le principe d’optimisation qui prévaut sur le plan architectural, qui en fin de compte ne devrait offrir qu’une seule solution - certes la meilleure possible - ne crée-t-il pas seulement des formes immobiles à usage limité et est donc anachronique? Les concepts facultatifs s’opposent à l’optimisation unidimensionnelle.

Architecte en tant que stratège

Que signifie ce développement pour le planificateur. Dans le futur, dans de nombreux projets, il devra avant tout être un stratège qui conçoit des structures flexibles. Il formalisera des processus dynamiques et pensera moins formellement éduquant. Il devra calculer le comportement des personnes présentes dans la pièce sur une longue période et concevoir des modèles de mouvement à utiliser. La biologie connaît différents processus de changeabilité. Ces processus sont à court, moyen ou long terme, permanents ou temporaires: le mimétisme décrit l’adaptation sur une période de temps limitée avec la possibilité de réversibilité pour retrouver le chemin du retour à l’état d’origine. La métamorphose est une transformation irréversible dans un autre état. En architecture, la flexibilité peut apparaître à différents niveaux quantitatifs et qualitatifs. La flexibilité n’est pas nécessairement liée au mouvement. Une pièce spécifique, statique et proposant des alternatives, peut toujours être optionnelle et donc utilisable de manière flexible. La flexibilité variable fait référence à la possibilité de modifier la configuration de l’espace construit au fil du temps. Selon Gustau Gili Galfetti, il existe sous trois formes:
• «La mobilité décrit la possibilité d’adapter rapidement et facilement les espaces intérieurs aux conditions de vie quotidiennes. L’adaptabilité se fait via le rythme quotidien ou de façon saisonnière via le rythme annuel. Dans de nombreux exemples, les meubles de conteneurs et de robots ou les zones de service communiquent de manière interactive avec l’espace universel ouvert. En eux, le service est compressé au minimum. L’espace économisé se reflète dans la surface universelle. C’est une architecture d’espace de service et de service.
• L’évolution est l’option d’un changement structurel sur une longue période de temps, elle est généralement irréversible. Nous trouvons ici des considérations de remodelage ou de démontage.
• La troisième forme est l’élasticité. C’est une option pour agrandir l’espace grâce à un ajout à long terme ou à une commutation à court terme. Il a lieu aux bords et aux limites de la pièce. Les murs non porteurs, mobiles ou amovibles créent des connexions et des transitions vers des zones auparavant exclues. “

La technologie

Pour nous, la mise en œuvre de structures architecturales flexibles, en plus de la flexibilité de planification, nécessite inévitablement l’utilisation de la technologie et des matériaux modernes. L’utilisation nécessaire de la technologie pour faire bouger les choses conduit à un transfert d’image de la réalité industrielle dans les projets. Cela donne à l’architecture l’opportunité de devenir authentique et contemporaine. La technologie devient un élément naturel de la vie quotidienne, mais jamais comme une fin en soi et sans avoir à être mise en scène.

La partie active de l’utilisateur

Dans tous nos projets qui traitent de flexibilité, l’utilisateur fait partie intégrante de toutes les considérations. Il devrait participer au processus de formation permanente de l’espace. L’utilisateur doit avoir le choix de définir lui-même l’utilisation des zones respectives de la pièce, ou simplement de choisir ses conditions atmosphériques. Il s’approprie ainsi son espace dans le processus interactif et s’émancipe en utilisant cette liberté de choix. Dans la mesure où l’architecte se retire avec son architecture, l’utilisateur participe activement à l’adaptation de l’architecture à ses conditions de vie changeantes.

Dangers

Ce n’est pas loin des avantages d’une architecture flexible face à ses dangers: les structures flexibles peuvent aussi être écrasantes. D’une part, il y a un risque que les pièces soient surchargées de bibelots flexibles, qui n’ont pas de sens et ont tendance à avoir une fonction gadget - la pièce est remplie de jouets. En revanche, on peut succomber au danger de développer des pseudo alternatives plus préoccupantes que de soutenir. À ce propos, Rem Koolhaas dit avec tout le respect que je dois au Schröderhaus, l’exemple d’un modernisme classique flexible: «Le Schröderhaus est plein de découvertes, plein de grandes et petites significations … On peut se demander s’il est en fait aussi libérateur que le mythe néerlandais. Moderne suggère. Vous pouvez tout aussi facilement sentir qu’il suffoque par d’autres moyens. La question suivante illustre peut-être le mieux la différence entre Rietveld et Mies pour moi: y a-t-il une chose telle que la liberté qui détermine et la détermination qui libère? Le premier serait Rietveld, le second Mies. »Outre la congestion, l’absence de visage et l’ambiguïté des chambres peuvent être un problème décisif. Parce que lorsque les bâtiments changent et peuvent être «aussi bien que», il y a perte d’identité. La vision de Walter Benjamin d’une architecture aux fonctions simplement organisatrices est la vision d’horreur d’une architecture anonyme que nous essayons d’éviter dans nos projets. Avec toute flexibilité et mobilité, la physionomie de la pièce ne doit pas être perdue. Il ne s’agit pas de développer une architecture sans identité qui - en faisant tout - n’est rien.

Complexité des images

Un design doit être chargé par beaucoup de choses pour créer de la tension. La complexité découle principalement de la dimension contextuelle. L’analyse de l’emplacement et du programme sont les conditions préalables essentielles à l’enrichissement. Cela donne toujours lieu à des approches thématiques pour le projet respectif. Un autre élément important est l’analyse culturelle de la tâche: explorer la périphérie culturelle et développer des analogies et des métaphores basées sur elle. Cependant, un processus de conception ne doit pas seulement se dérouler selon des chemins objectifs et ordonnés. Il doit être multicouche et avoir des références croisées. Les petites traces peuvent devenir magiquement importantes et insuffler leur poésie dans le design. Les «facteurs perturbateurs» doivent être acceptés. Selon Tony Cragg, le processus de conception créative se déroule dans le champ de tension entre «objectivité, subjectivité et irrationalité». Il est plus complexe que la conclusion tirée d’une analyse mûrement réfléchie.

Sensualité d’utilisation

En ce qui concerne le côté positif d’une architecture changeante, nous nous intéressons à un autre aspect: l’intérêt esthétique d’une architecture superposée par l’usage. Dans un article sur Charles Eames, l’auteur Geoffrey Holroyd parle dans ce contexte de la «flexibilité esthétique» ou du décor d’usage. L’architecture ne crée plus l’espace, mais l’espace est créé par le type d’utilisation. Cela suppose une certaine retenue de la part de l’architecture dans son langage superficiel. Dans ce cas, l’architecture doit définir et garantir le cadre plutôt que parler. L’aspect le plus important, en plus du point de vue fonctionnaliste ou esthétique, est la sensualité de l’usage, car le changement non seulement libère, mais est aussi amusant. Dans cette optique, la pièce ne dégénère pas en machine avec un équipement technique, mais a la possibilité de rayonner de gaieté, d’ironie ou même de contradictions. C’est moins tendu et moins architectural. En ce sens, la changeabilité n’est pas seulement l’offre d’une alternative fonctionnelle et objective, mais aussi celle d’un changement d’humeur.

«Posséder des personnes sédentaires, vivre des nomades», dit Vilém Flusser. En d’autres termes, ceux qui utilisent les options d’un espace modifiable et se mettent en mouvement avec l’espace font simultanément l’expérience de leur potentiel sensuel.

“Le but d’une telle architecture n’est pas une forme, mais un développement.” (Dewey)

Assez

Nos projets tentent de briser les «images figées» de l’architecture. Ils constituent une première étape vers la modification des bâtiments qui donnent également le choix à l’utilisateur. Nous nous intéressons aux bâtiments qui peuvent être interprétés de manière complexe, qui mettent en mouvement des options d’utilisation multicouches adaptées au client et lui donnent l’opportunité d’appeler successivement différentes qualités sensuelles. Pour nous, les termes stratégie, processus et option précèdent la forme du terme.