Comment vivez-vous aujourd'hui? 01-200x.jpg
Comment vivez-vous aujourd'hui? 01-200x.jpg © Jörg Lange
Comment vivez-vous aujourd'hui? 02-200x.jpg
Comment vivez-vous aujourd'hui? 02-200x.jpg © Jörg Lange
Ausstellung, Buch: Architektur Galerie am Weissenhof
Stadt: Stuttgart, Deutschland
Datum: 01 / 2002
Bildrechte: Jörg Lange, Wilfried Dechau

Comment vivez-vous aujourd'hui?: Toujours et partout

Nous vivons aujourd’hui dans une société en constante évolution, qui se caractérise par une densification et une expansion simultanée. Le temps et l’espace sont occupés plus intensément dans le “toujours et partout “1. Le “toujours” signifie la compression du temps par l’activité, le “partout” l’expansion de la mobilité. Il en résulte une expansion des possibilités de la structure spatio-temporelle, combinée à la dissolution des frontières existantes et au remplacement de l’univocité par l’ambiguïté. Notre mode de vie ainsi que le monde des objets qui nous entourent - dans l’espace public et privé - sont touchés. Nous quittons les liens rigides des milieux familiers et passons d’un monde de travail à l’autre. Nos produits quotidiens se caractérisent par des réactions accélérées à l’évolution des souhaits des consommateurs et répondent à des exigences d’utilisation de plus en plus complexes. Aujourd’hui, tout le monde en veut plus : nous voulons que différentes choses soient simultanément disponibles dans une situation et jouissent de la liberté de choix.

Soit ou

Le processus classique de conception architecturale, en revanche, est avant tout un modèle de simplification. Il s’agit d’éclaircir plutôt que d’enrichir : on distingue une situation d’une autre et finalement on préfère celle qui semble la meilleure. Les variantes servent à déterminer l’optimum. Il s’agit d’établir un état contraignant : “soit ou” est le principe, l’optimisation fait obstacle à l’option.

Les deux et

L’architecture des “deux” concerne la complexité de la vie grâce à la disponibilité de différentes pièces au même endroit. Nous sommes préoccupés par le “changeable” et voulons dissoudre les limites de l’espace classique avec ses “formes et usages figés”. Nous proposons ainsi une offre à plusieurs niveaux afin que la diversité, les contradictions et les ambiguïtés de la vie sociale puissent se refléter dans la vie. Nous sommes contre le purisme de la restriction esthétique et nous voulons une architecture des utilisateurs, pas une forme définitive. Notre objectif est un espace d’assemblage qui peut être façonné par l’utilisateur et qui peut changer d’état à volonté. Nous sommes donc intéressés par une architecture optionnelle de dynamique et d’évolution.

Vivre n’est jamais fini

L’architecture conçoit l’appartement pour son état final. Mais l’appartement n’est pas un objet esthétique d’admiration ou de représentation symbolique, c’est un instrument quotidien d’animation/logement de l’espace, un catalyseur d’action. Nos projets prescrivent rarement une séquence spatiale ou organisationnelle claire, mais proposent plutôt un système ouvert tant sur le plan fonctionnel que formel. Pour nous, c’est l‘“inachevé” qui rend le tout possible pour le résident. Nous voulons un espace de vie qui va au-delà du résultat de l’objet construit, qui inclut le potentiel et vise des domaines en dehors de sa propre existence. Pour nous, la fin de l’architecture est un début. Selon Alain Guiheux, il existe deux types d’architecture : “celles qui tirent leur qualité de la réalité physique et celles qui tirent leur qualité de ce qu’elles rendent possible “2 De sorte queNos projets prescrivent rarement une séquence spatiale ou organisationnelle claire, mais offrent un système ouvert tant sur le plan fonctionnel que formel. La vie n’est jamais finie. L’action actuelle dans l’espace définit

Chambres optionnelles

Pour nous, l’espace est à la fois: coquille et espace. La coque détermine la fonction et l’ambiance - avec elle, nous fixons des infrastructures techniques et créatrices d’espace qui soutiennent les possibilités dans l’espace intermédiaire. L’élasticité de la coque rend variable la relation quantitative entre les pièces adjacentes. La dissolution temporaire de la coque extérieure crée un espace ambivalent pour une expérience sensuelle intérieure et extérieure. L’espace appartient à l’utilisateur et est une zone dynamique et flexible. C’est un espace «transactionnel» dans lequel les relations entre la coque utilisée et l’occupant sont en constante rétroaction sur une période de temps3. Nos projets résidentiels concernent une utilisation «optionnelle». Nous concevons des marges de manœuvre pour s’approprier et adapter l’espace entre les deux. Dans tous les projets, nous essayons de rompre la fixation habituelle du lien entre l’espace, la fonction et l’énoncé ou l’objet formel et l’utilisation par de nouvelles combinaisons inattendues de parties de l’espace de vie et de les mettre en mouvement. Il s’agit de prévenir le monotone, le quotidien, le bondage fonctionnel et les attentes fixes de la vie. En ancrant l’option, la même pièce invite à des usages nouveaux ou différents. La vie doit être vécue encore et encore par l’utilisateur. Psychologiquement, le modèle d’option signifie une exemption pour l’utilisateur. Un espace ouvert contient le potentiel pour une variété d’actions. Le facteur décisif n’est pas seulement l’utilisation constante et réelle des options, mais aussi la sérénité qui survient lorsque l’on a des options potentielles de variation. Dans le même temps, l’espace optionnel favorise une relation sans distance entre l’architecture et les utilisateurs. Quiconque peut déplacer sa maison dans les deux sens perd son attitude de soumission envers l’esthétique de sa propre maison et expérimente une sensualité d’utilisation non seulement utile, mais aussi amusante. Pour nous, le design de la vie est une marche sur la corde raide entre ouverture et fixation. Tout d’abord, la conception est le reflet exact de toutes les exigences et contraintes de la tâche. Des déclarations claires doivent être faites. Cependant, les exigences que les utilisateurs placent sur la vie changent constamment: le groupe cible grandit ou diminue avec le temps. Les séquences de pièce changent avec les changements d’utilisation. Les exigences peu claires pendant la phase de planification exigent que le plan d’étage reste ouvert après l’achèvement afin que la solution finale puisse être essayée dans la phase de référence. L’espace de vie doit inclure des variables à long terme ou à court terme. Pour nous, cependant, les changements dans l’espace de vie ne sont pas un «non-stop» névrotique d’une société d’accélération décousue qui ne connaît plus un début et une fin. Nous proposons un “rythme” possible pour chaque option: Saisons, changements de température, changements jour / nuit, ou nous développons des cycles à moyen terme de changement d’emplacement, de changement d’ambiance ou de fonction. Le rythme crée une relation familière entre l’espace et le temps pour l’utilisateur. Parce que les intervalles de changement peuvent être expliqués, il transmet le sentiment de constance dans la changeabilité. Le rythme est la restructuration de l’espace spatialement non structuré à travers le temps et le temps cyclique prend le dessus sur le standard d’orientation nécessaire dans l’espace hiérarchique libéré. Cette norme d’orientation est à la fois ordre et écoulement libre.

Espaces de perception

Nous rejetons les structures neutres pour générer des usages variables. Celles-ci conduisent à la dissolution des différences perceptibles par l’uniformité - et selon Richard Sennett - à la monotonie de nos villes en termes d’interchangeabilité, la flexibilité permet.4 Nous voulons des espaces qui créent des atmosphères concrètes et permettent toujours de changer. Le philosophe Gernot Böhme décrit dans son livre «Apparences - A propos de l’atmosphère» 5 que l’on remarque d’abord son atmosphère dans une pièce avant de l’avoir déchiffrée morphologiquement. L’appartement n’est pas seulement un domaine d’activité, mais aussi un contenant d’ambiances différentes. En ce sens, le modèle d’option pour nous n’est pas seulement l’offre d’une alternative fonctionnellement objective, comme c’était le cas dans les années 1960, mais aussi celle d’une apparence changeante. Nos projets portent toujours sur la question de ce qu’ils génèrent, car pour nous les espaces sont des espaces de perception. Un espace de vie qui change ne s’explique pas immédiatement. Il perd son caractère déterminant, devient interprétable et acquiert un effet de profondeur visuelle. Pour le résident, l’espace futur perçu, réel et possible est synthétisé dans l’imaginaire et transféré dans un limbe d’ambiguïté visuelle qui dépasse le réel. Espace visible et potentiel fusionnent, ou comme le dit Jean Baudrillard: «Un espace réussi est un espace qui existe au-delà de sa propre réalité.» 6

1 Karlheinz A. Geißler: Die Orientierung am Rhythmus; in: Zeit, Zeitverständnis in Wissenschaft und Lebenswelt; Rusterholz, Moser, Bern 1997
2 Alain Guiheux: Architecture Action, Sens&Tonka, Paris, 2002
3 Hans Joachim Harloff: Zur Grundlegung der Wohnpsychologie, Report Psychologie 5.1989
4 Richard Sennett: Interview mit Ralf Berhorst, Süddeutsche Zeitung, 4.4.2000
5 Gernot Böhme: Anmutungen - Über das Atmosphärische, Ed. Tertium, Ostfildern, 1998
6 Jean Baudrillard: Architektur: Wahrheit oder Radikalität, Literaturverlag Droschl, Graz 1999