move, immobilier mobile 03-200x.jpg
move, immobilier mobile 03-200x.jpg © Rolf Brunsendorf
move, immobilier mobile 04-200x.jpg
move, immobilier mobile 04-200x.jpg © Rolf Brunsendorf
move, immobilier mobile 01-200x.jpg
move, immobilier mobile 01-200x.jpg © Rolf Brunsendorf
move, immobilier mobile 02-200x.jpg
move, immobilier mobile 02-200x.jpg © Rolf Brunsendorf
Buch: move, mobile immobilien
Verlag: Artypo Schaller GmbH
Stadt: Köln, Allmond
Datum: 01 / 2009
Bildrechte: Rolf Brunsendorf, Jörg Zimmermann, Wilfried Dechau, Jörg Hempel, Jörg Lange

move, immobilier mobile: Travaux de recherche sur la densification des usages

Le débat entre ceux qui pensent l’architecture à partir de sa forme et ceux qui la pensent à partir de son utilisation traverse la scène architecturale depuis les années 1960. On peut décrire l’attitude des deux courants avec le schéma simple de la psychanalyse freudienne. D’une part, il y a ceux qui voient la solution dans l’ordre et dans une structure claire, qui créent des règles, sont contrôlés même sur l’achèvement du projet et utilisent les formulaires de manière répétitive. Ils correspondent au surmoi freudien et ont une tendance à l’architecture représentative. Leurs clients sont principalement des représentants de l’État ou de l’élite économique. Le non conventionnel, l’intuitif et la situation contrôlée sont liés au surmoi en opposition permanente, pour ainsi dire, pour qui l’autre et l’étranger, l’inconnu et l’incontrôlable est une qualité en architecture. Elle est convaincue que l’architecture est préférable à l’expérience de la complexité et de la contradiction. Ce sont des représentants de l’ID. Pour Freud, la tâche centrale est l’intégration et l’équilibre des éléments du moi et du surmoi dans l’ego. “Un surmoi écrasant menace de détruire les énergies vitales et créatives et d’étouffer les joies de la vie - il provoque des névroses. Un super-ego superpuissant sape toute chance d’action rationnelle planifiée.

En d’autres termes, deux alternatives sont discernables : “Les architectures qui tirent leur qualité des réalités physiques, et celles qui tirent leur qualité de ce qu’elles rendent possible.

Le livre prend position et privilégie clairement l’architecture ouverte. Chacun peut clarifier pour lui-même la direction qu’il trouve la plus attrayante. Avant d’approfondir le sujet, il convient de se poser les questions suivantes :
-> Informez-vous les clients ouvertement ou stratégiquement ?
-> Insistez-vous pour une exécution inconditionnelle sur le chantier ou laissez-vous les gens vous parler ?
-> Un client qui continue à développer votre projet vous dérange ?
-> Revenez-vous avec les photographes même après que les clients aient emménagé ?

Point de départ

La notion d’un espace omnipotent qui surmonte ce qui sépare et ne trace que temporairement les frontières nécessaires entre l’intérieur et l’extérieur, qui ne rend pas permanentes les fonctions ou leurs manifestations spatiales, qui apporte des qualités différentes et aussi contradictoires, la notion d’un espace de complexité qui se déplace librement entre différents états et, malgré toutes les possibilités de changement, ramène aussi au point de départ, un espace dont la toute-puissance ne gêne pas, mais plutôt stimule la découverte - cette notion est possible aujourd’hui.

Plusieurs développements en constituent la base :
-> une libéralisation sociale progressive
-> un développement technique rapide
-> et une émancipation de la société dans l’utilisation de la technologie

Les modèles et les débats théoriques sur les systèmes interactifs et mobiles ne sont pas nouveaux et sont connus depuis les années 1960. Mais après le postmodernisme, l’idée d’un espace changeant connaît un renouveau. Mais qu’est-ce qui est différent aujourd’hui ? Y a-t-il d’autres conditions qui l’emportent sur la principale critique concernant le manque d’utilisation des espaces flexibles ?

Les différences décisives qui facilitent l’utilisation des systèmes interactifs et leur donnent un nouveau sens, non seulement en termes de médias, sont évidentes dans le développement social depuis les années 1960. L’utilisation des offres architecturales présuppose des personnalités actives et autodéterminées qui sont au courant de ces offres et qui ont également la capacité de prendre des décisions pour les utiliser. Les années 1960 ont créé les conditions de base grâce à la libéralisation sociale.

La flexibilité - la libération des liens avec le plan d’étage - a été la réponse architecturale des années 1960 à cette évolution. Bien que ces idées n’aient été acceptées que par un nombre limité d’utilisateurs à l’époque, elles font aujourd’hui partie intégrante de notre société. Aujourd’hui, nous avons quitté les liens rigides des milieux familiers et nous passons sans enthousiasme d’un monde du travail à l’autre et d’une forme de travail à l’autre. Nos produits quotidiens se caractérisent par des réactions accélérées à l’évolution des souhaits des consommateurs et répondent à des exigences d’utilisation de plus en plus complexes. Aujourd’hui, tout le monde en veut plus : nous voulons que différentes choses soient disponibles dans une situation donnée en même temps et jouir de la liberté de choix.

Aujourd’hui, l’immobilier mobile rencontre une compréhension sociale différente. Aujourd’hui, nous sommes habitués à un mode de vie réfléchi. La technologie adaptée au consommateur est développée de manière ludique. Sa qualité scénique correspond parfaitement à l’attitude de notre société de loisirs et à son comportement de consommateur hédoniste.
À cela s’ajoute l’effacement des frontières entre le privé et le public et la pénétration du public dans le privé. Tous deux remettent en question l’espace architectural classique et conduisent à la dissolution du lien fonctionnel des lieux. En outre, le flou des espaces et de leur utilisation est favorisé par une incroyable variété d’offres architecturales et de possibilités d’ameublement ainsi que par les demandes et les souhaits contradictoires des utilisateurs qui en résultent. Nous sommes dans une ère d’ambivalence. Il ne s’agit pas de stratégies de compensation à la recherche d’une issue, de ne pas retomber dans de simples images ou des certitudes historiques, mais de comprendre les qualités et les possibilités de cette liberté pour l’architecture et de la développer davantage.

Le développement technique est le moteur des possibilités. Siegfried Gideon a utilisé le mobilier médiéval pour décrire ses différents usages et mécanismes. En architecture, dans les années 1920, le point de départ était des systèmes mécaniques simples rendus possibles principalement par le mécanisme de pliage. L’utilisation du mécanisme de pliage a été transférée par le modernisme dans un saut d’échelle à des parties de bâtiments. Des murs entiers sont devenus disponibles, et des éléments de la pièce ont pu être assemblés selon les besoins. L’objectif était essentiellement de gagner de l’espace, permettant ainsi une double occupation fonctionnelle des lieux.

Dans les années 1960, des groupes tels qu’Archigram et Haus Rucker sont passés de systèmes simples, utilisés mécaniquement depuis des siècles, à des processus évolutifs assistés par ordinateur qui utilisaient de nouveaux matériaux et permettaient un étirement extrême et des affichages informatifs des surfaces.
Alors que les années 1960 offraient une vision vision visionnaire des développements futurs et constituaient plus une promesse narrative qu’un état de l’art, nous disposons aujourd’hui d’un savoir technique qui fait de l’ordinateur le fond naturel de notre réalité. Toutefois, son utilisation se limite principalement à la technologie des bâtiments intelligents pour les économies d’énergie et moins à la possibilité de changer de pièce.

Alors que dans les projets de construction résidentielle, ce sont plutôt les systèmes mécaniques simples qui brisent l’idée classique de l’espace, les systèmes informatiques évolutifs sont utilisés dans les bâtiments commerciaux ou publics. La seule limite est le coût.

Formulaire

La condition préalable à l’immobilier mobile est de ne plus penser l’architecture uniquement en termes de forme, mais plutôt en termes d’utilisation et de situations potentielles. Dans le processus de conception, nous devons nous concentrer sur l’idée de ce qui pourrait arriver, et pas seulement sur les capacités représentatives de la forme.
Nous sommes appelés à éviter le cynisme formel qui est agréable dans la répétition et l’auto-stagnation d’images architecturales familières. Une rigueur formelle qui signale aux plus simples d’esprit la retenue “Il doit y avoir de l’architecture ici” permet la reconnaissance, mais est au mieux une négation de la diversité et de la liberté des conditions sociales et sociétales, et à cet égard irréaliste. L’unidimensionnalité d’un groupe professionnel axé sur la forme et le style, avec sa référence permanente à l’auteur, contredit dans ses résultats architecturaux la réalité d’une société postmoderne et pluraliste. L’architecture n’est pas seulement un objet esthétique d’admiration ou de représentation symbolique. C’est aussi le point de départ de la vie. Il s’agit d’une différenciation structurelle de l’architecture analogue à la diversification des demandes des utilisateurs.

La compréhension de la forme est en train de changer. La forme classique est dissoute et les options perceptibles inscrites dans l’espace prennent avec confiance leur place et leur tâche - mais plus librement et plus ouvertement. Dans le meilleur des cas, le traitement de l’espace correspond plus à un flux entre les options qu’à un rappel mutuel. Dans cette conception, l’architecture est un processus plutôt qu’une forme. Nous faisons l’expérience d’une architecture libre de toute forme, transformatrice et perçue comme un cours et une séquence.

Les limites de l’espace classique avec ses “formes et usages figés” sont passées. Les nouveaux espaces ont un caractère exigeant et proposent une offre à plusieurs niveaux, de sorte que la diversité, les contradictions et les
peut refléter les ambiguïtés de la vie sociale en eux. Contrairement au purisme de la contrainte esthétique, le résultat n’est pas une architecture de forme finale, mais une architecture d’utilisateurs.

Communication

En raison des possibilités illimitées des nouvelles technologies de l’ère des médias, l’architecture est un lieu de mise en réseau et d’échange. La place classique des morphologies historiques et spatiales se dissout au profit d’un champ de signification de relations changeantes. Il en résulte une nouvelle image paradoxale de limitation de l’individualisation et de la relation infinie.
“Chacun est renvoyé à lui-même. Et tout le monde sait que ce moi est petit. Le moi est petit, mais il n’est pas isolé, il est prisonnier d’un tissu de relations qui n’a jamais été aussi complexe et mobile”, explique Jean François Lyotard.

Pourquoi l’architecture devrait-elle échapper à cette réalité et à ses opportunités ? L’architecture doit avoir l’intelligence de créer des relations avec l’environnement, avec l’utilisateur et avec l’espace plus étroit et plus large sous forme analogique ou numérique. Il doit être capable d’initier un dialogue dans lequel l’utilisateur n’est pas seulement le spectateur de la perfection formelle, mais a également la possibilité de prendre des décisions. L’habitant doit avoir la possibilité non seulement de réagir aux rigidités, mais aussi d’agir en interaction entre le sujet et l’objet. Il devrait être confronté à une architecture qui offre des alternatives et permet éventuellement des utilisations différentes. Flusser formule : “[…] les futures conceptions de bâtiments seront des nœuds pour un réseau dialogique. Pour la première fois, nous ne sommes plus soumis à des habitudes, mais nous pouvons les concevoir”.

Pourquoi alors, de manière détournée, l’architecture devrait-elle être comprise non seulement comme un lieu équipé d’outils de communication, mais comme un moyen de communication lui-même, dont la surface n’est pas seulement jouée dans le sens d’une charge informative, mais dont la structure elle-même possède des qualités d’évolutivité et de performance ?

La flexibilisation du plan ne représente rien d’autre qu’une forme indirecte de communication entre l’architecte et l’habitant au sujet de la rupture liée à la réalisation.

Les deux ainsi que

Puisque l’utilisation est concevable mais en aucun cas contrôlable, un processus de conception discursive simple peut être de peu d’utilité, nous devons également concevoir différemment. Le processus classique de conception architecturale est avant tout un
modèle de simplification. On distingue une situation d’une autre et, finalement, on préfère celle qui semble la meilleure. Les variantes servent à déterminer l’optimum. Rétrospectivement, un processus de conception logique compréhensible avec une multitude de nœuds de décision est créé - “l’un ou l’autre” est le principe. Le résultat pour l’utilisateur est une condition architecturale fixe qui est contraignante à long terme.

Ceux qui veulent refléter la complexité de la réalité sociale dans leurs projets doivent se libérer de l’automatisme du modèle d’optimisation. À l’avenir, l’architecture sera une porte d’entrée vers la variété des possibilités. Dans le cas idéal, cela nécessite l’intégration de toutes les possibilités de solutions imaginables au cours du processus de conception.
Dans une société pluraliste, l’espace unidimensionnel n’a qu’une utilité limitée en tant que solution. Le désir d’une solution unique et la plus claire possible est anachronique. Une société autodéterminée exige que les décisions de conception soient déplacées vers la phase d’utilisation. Le design doit plutôt être un champ ouvert de possibilités multiples, dans lequel les relations fonctionnelles et sociales peuvent être conçues librement à tout moment.

La stratégie est souvent la même : d’abord, les choses sont sorties de leur contexte habituel de sens et d’attentes fixes ; ensuite, l’ambiguïté leur est transférée.

Comment peut-on imaginer cela ? Comme pour le concept cinématographique de “Lola runs”, les différentes possibilités imaginables sont considérées comme égales dans le projet et, si possible, fusionnées. Un espace profond, à plusieurs couches, peut-être même opaque, est créé. Il donne des chances de découverte ; les souhaits, les contradictions et les options y sont inscrits. Elle offrira plus que ce que l’utilisateur peut imaginer ou ce qu’il attend de l’architecte pendant la mission. Elle détient des secrets formels et fonctionnels dont les indices apparaissent à la surface et servent de point de départ à un voyage architectural. Le design reflète les scènes possibles, met l’occupant lui-même en mouvement en incorporant plusieurs possibilités d’action et lui permet ainsi d’émerger comme un élément de contrôle confiant dans la pièce.

L’absence de distance

L’appropriation est l’un des concepts clés pour comprendre l’immobilier mobile. L’appropriation est fondamentalement un processus actif, mais il comporte des aspects statiques et dynamiques. L’appropriation est plutôt statique dans la compréhension et l’aménagement de l’espace comme une promenade mentale dans le lieu au moyen des sens et remet en question la dynamique de l’habitant dans la personnalisation, le changement et l’intervention. Ce n’est que par l’appropriation que l’utilisateur donne un sens à son environnement bâti et crée un lien avec lui. L’objectif est d‘“occuper l’espace physiquement, perceptivement et émotionnellement”. L’espace approprié est un “cadre stable” et en même temps le point de départ pour l’action et la découverte. “La constance de l’espace architectural structure sa propre vie dans l’espace et dans le temps et stimule en même temps l’habitant à varier et à changer. L’appropriation a lieu dans l’alternance entre l’assimilation et le changement.
Le contraire - l’expropriation - a lieu dans une architecture anonyme ou dominante sans vie qui ne permet pas la confrontation et l’échange actifs.

Le projet et le processus d’appropriation sont avant tout centrés sur l’utilisateur. Cependant, la logique et les avantages facilement compréhensibles de la combinaison souvent inhabituelle de fonctions des projets mobiles facilitent également la communication avec les personnes impliquées dans le chantier. L’approche stratégique et conceptuelle plutôt que formelle rend les projets si robustes qu’ils peuvent résister à une “révision” limitée et à un changement formel de la part des personnes impliquées, puisque l’accent n’est pas mis sur la forme exécutée de manière cohérente, mais sur le fait que l’espace créé est soumis à des dispositions différentes. La relation détendue entre l’architecte et l’artisan, qui repose sur la forme, conduit souvent à des solutions techniquement meilleures. Les querelles de compétences et les modèles classiques ne sont plus nécessaires. La discussion ne se concentre pas sur une illustration appropriée,
millimètre, mais sur la mise en œuvre de la relation fonctionnelle souvent inhabituelle, mais toujours évidente. L’humour que les projets déclenchent lors de leur exécution conduit à une communication différente. Les projets mobiles de notre bureau sont avant tout synonymes de plaisir pour les personnes impliquées sur le chantier - client, architecte et artisans.

Pour moi, cependant, l’appropriation cognitive et linguistique de l’espace par ses habitants a été l’expérience surprenante. La possibilité inhabituelle de disposer de l’espace ne déclenche pas seulement une action dans “Fahrt ins Grüne”, mais façonne également le langage des résidents et des visiteurs - non seulement en termes de représentation formelle. La maison devient un véritable partenaire dont on parle, dont les possibilités de changement sont décrites et commentées dans la langue. Un manque de distance caractérise la discussion. La nature scénique de l’architecture et le fait qu’elle ne peut être mise en mouvement par elle-même, mais seulement avec les résidents, créent un naturel et une familiarité dans l’interaction mutuelle. Le bâtiment est perçu et décrit comme étant humoristique ou bizarre.
Le fait inhabituel qu’une maison soit mobile n’est pas seulement compris par ses habitants comme étant systématiquement conceptuel. Il ne reste pas seulement un objet, mais devient par son mouvement un partenaire de communication vivant et égalitaire avec un sens de l’humour. Au début, j’ai ressenti comme une insulte à ma conscience architecturale le fait qu’ici, l’architecture est avant tout sympathique et sympathique, et surtout son humour est perçu. Mais je me suis de plus en plus rendu compte que la plaisanterie des projets et l’intégration de l’architecture dans le langage des habitants est la vraie qualité et que cela montre une attitude détendue envers l’architecture. Une architecture de transformation et d’option sans domination de la forme est une architecture directe, simple et ludique, humoristique et poétique, mais aussi universellement compréhensible.

En plus de 10 ans d’existence de “Fahrt in Grüne”, je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui n’ait pas reconnu immédiatement l’utilité de la transformation et, de plus, qui n’ait pas été emporté par le niveau poétique et humoristique du projet. Celui qui peut pousser sa maison d’un côté à l’autre perd l’attitude soumise à l’esthétique de sa propre maison et éprouve une sensualité d’utilisation qui n’est pas seulement utile mais surtout amusante. L’architecture en mouvement résout la compulsion d’admiration envers l’architecture perfectionniste. La méconnaissance de l’architecture qui s’interroge dans son mouvement, en quelque sorte, déclenche l’étonnement et surtout le rire. Pour moi, l’expérience essentielle n’est pas celle d’un espace pratique aux possibilités diverses, mais plutôt le rire des constructeurs lors de réunions, des artisans sur le chantier et des visiteurs lors de festivals lorsqu’ils voient le projet en mouvement. Si j’ai été plutôt irrité au début par le fait que des amis ou des constructeurs aient fait appel à l’humour du projet, il m’est apparu plus tard clairement que derrière cette description par ailleurs péjorative, la qualité du projet était censée être obtenue au milieu de la vie quotidienne des utilisateurs.

J’aimerais voir des bâtiments qui n’évoquent pas un respect distant mais un ton plus familier. Selon le psychologue de l’environnement Carl-Friedrich Graumann, le langage est le médium et l’organon (outil) de l’interaction et ouvre la structure et la signification de l’espace pour l’occupant. Les architectes sont donc appelés à analyser la confrontation linguistique des habitants avec leurs bâtiments et à en tirer des conclusions. L’appropriation linguistique est l’expression d’une relation émotionnelle des résidents avec leur environnement, dans laquelle les “besoins fondamentaux des attentes conventionnelles et des expériences de retour” des résidents sont reflétés.

Possibilité d’accès

La critique des chambres optionnelles est toujours la même et vise à un manque d’utilisation de l’offre. L’utilisation des options présuppose naturellement de comprendre comment un résultat possible peut être atteint. Une décision ne doit pas être empêchée par un manque de clarté sur la manière dont le processus de changement se déroulera. Pour cela, il faut que les offres soient reconnaissables.

Les options multiples doivent également avoir un sens. Il ne s’agit pas de la quantité de l’offre, dans laquelle l’option unique est en concurrence avec beaucoup d’autres. Ce seul fait donne une image diffuse d’arbitraire, dans laquelle une offre gonflée n’a aucun sens. Ce n’est que lorsque la différence entre les alternatives est perceptible que l’option se déploie et que l’acteur a réellement la possibilité de prendre une décision. On peut voir à partir d’un plan le sérieux que l’option a en commun, si l’homme et l’échelle humaine est la référence. Dans les dessins de Ludwig Leo ou de Renzo Piano, l’être humain et un comportement possible sont toujours inclus. Le déroulement de la poésie d’utilisation dépend en fin de compte de la simplicité de la décision et de son contrôle. Les alternatives doivent être clairement différenciées et reconnaissables. Les processus de changement doivent pouvoir être déclenchés immédiatement et le nouvel espace doit être immédiatement disponible.

L’accès nécessite une technique simple : il doit être aussi peu compliqué que possible. Contrairement aux idées des années 60, je vois, comme Gustau Gili, l’avenir avec plus de flexibilité grâce à la technologie douce.

Stimulation

L’architecte conçoit des offres qui permettent une grande variété de dispositions spatiales. Leur utilisation dépend de la perception et du caractère invitant qui stimule notre motivation et nos besoins dans la pièce.

La façon dont l’environnement est conçu détermine le degré de stimulation, qui influence les gens à tous les niveaux de leur expérience - de la perception à l’action. La conception architecturale est à l’origine des moyens financiers : un fauteuil, par exemple, invite les gens à s’asseoir. Le comportement des utilisateurs des chambres est défini par la gamme de fonctions.

La pièce doit présenter des qualités qui ont la propriété de stimuler les personnes via leurs organes sensoriels. Il faut tenir compte de la sous- et de la sur-stimulation.
Afin de garantir l’attractivité de la salle, des caractéristiques environnementales “telles que la complexité, la nouveauté et l’incongruité pour la réglementation d’intérêt” sont requises.

La stimulation est nécessaire non seulement pour la perception, mais aussi pour le développement et le maintien d’un comportement normal dans la pièce. Cependant, l’exploration active dépend du degré de déclenchement de l’incertitude et du conflit chez la personne. La capacité de lire comment un espace mobile se développe enlève à l’utilisateur son inhibition à devenir actif. Les indications de scènes possibles de la pièce sont plus utiles qu’une anticipation visuelle détaillée des possibilités. L’envie d’utiliser l’immobilier mobile consiste également en la curiosité et la perspective de découvrir quelque chose de nouveau.

Les chambres doivent donc non seulement offrir des réponses claires, mais aussi poser des questions et briser les attentes des utilisateurs afin de maintenir l’attention et la motivation sur une plus longue période. L’utilisateur a besoin d’un “stimulus structuré et d’un apport varié de stimuli”. Plus l’espace cognitif dont dispose une personne est grand et différencié, plus elle a la possibilité de se déplacer également dans l’espace qu’elle représente.

Dans tous les projets, nous essayons de rompre la fixation habituelle de l’espace, de la fonction et de l’énoncé formel ou de l’objet et de les utiliser par de nouvelles combinaisons inattendues de parties de l’espace et de les mettre en mouvement. L’objectif est d’éviter le monotone, le quotidien, le lien fonctionnel et les attentes fixes de l’espace. En ancrant l’option, le même espace appelle des utilisations nouvelles ou différentes. L’espace doit être vécu encore et encore par l’utilisateur. Le changement est une remise en question des habitudes de base. Dans l’action, on est appelé à redécouvrir l’espace et aussi à s’expliquer à nouveau. Avec l’utilisation de la salle, même les connotations, les significations et les comportements linguistiques bien ancrés changent. Il s’agit d’accroître le potentiel d’action des utilisateurs
à contester.
Vilém Flusser l’exprime ainsi : “L’appartement, en tant que tissu d’habitudes, sert à attraper des aventures et sert de tremplin à l’aventure”.

Dans le vide

Pour l’architecte, il ne s’agit pas de fixations fragiles et formelles, mais de développer des idées de situations, de calculer les actions possibles et attendues et de les défier avec des éléments architecturaux surprenants et stimulants. Les architectes sont appelés à imaginer l’utilisation de l’espace dans le temps et à décrire des scènes d’utilisation et des séquences d’événements dans la conception. En fin de compte, il s’agit de comportement dans l’espace et d’actions sociales. La signification de l’espace conçu n’est pas moins importante ; elle n’apparaît qu’indirectement lorsqu’il est considéré comme le fond d’une scène. Le vocabulaire, c’est celui de la scène et du théâtre. Là, l’élément décisif est l’action. L’architecture est donc définie comme un catalyseur d’interaction entre l’architecture et l’utilisateur. “La tâche consiste à libérer les possibilités qu’offre l’environnement en exploitant les capacités des occupants pour créer une relation entre les personnes et les choses”.

Si l’architecture doit permettre la communication entre l’enveloppe et l’occupant, la perspective du design se déplace inévitablement vers l’espace intermédiaire, l’espace d’action de l’utilisateur. L’obus opératoire devient secondaire et n’acquiert de sens qu’en permettant l’action. À cet égard, l’architecture ne se contente pas de définir l’espace, mais fournit également une série d’éléments que l’occupant peut utiliser. Lerup compare les bâtiments à des scènes qui fournissent des accessoires avec lesquels “les résidents créent leur propre spectacle personnel”. Comme les résidents apportent avec eux des expériences et des idées individuelles, ils ne sont pas, selon Lerup, des organismes réactifs, mais des individus actifs qui n’amènent le bâtiment à sa véritable destination architecturale que dans la phase d’appropriation. La forme et l’intensité de l’appropriation changent avec le temps d’utilisation et sont répercutées par les utilisateurs. La relation à l’espace architectural est un système ouvert et dynamique composé de nombreux facteurs.

L’habitant de l’espace n’est pas seulement un utilisateur et un accomplissement des modèles comportementaux assignés à l’espace par l’architecte. Il peut à tout moment sortir du système calculé de l’architecte et même l’aliéner.

L’espace physique ne met donc en mouvement aucun comportement inconditionnel, il est plutôt le cadre dans lequel l’habitant se déplace. Dans le cadre de l’offre, il développera ses propres manières sur la base de son expérience individuelle. C’est un individu avec ses propres idées, sa propre biographie et aussi une capacité de développement dans son rapport à l’architecture. En raison du cadre spatial fixe, l’utilisateur a une certaine disposition, qu’il perçoit et utilise différemment dans chaque cas en raison de ses expériences personnelles spécifiques. Le rapport à l’espace n’est pas seulement une réaction, mais une interaction entre l’objet et le sujet. L’architecture est donc plutôt un catalyseur de stimulation et de soutien à la perception. Ainsi, des biographies différentes dans un même environnement conduisent à des perceptions et des comportements différents. Inversement, dans différentes situations, l’objet reçoit des significations et des fonctions différentes. Ainsi, même dans des espaces cohérents ou formellement rigides, l’interaction n’est pas fixe, mais dépendante de la personne et de la situation. En conséquence, cela signifie une remise en question de la toute-puissance de la planification.

Temps cyclique

Le temps en tant que partie de l’imagination architecturale est apparu au début de la modernité dans “Espace, temps et architecture” de Gideon. Les effets structurels de la transparence sont comparés aux œuvres d’art des futuristes et des cubistes, et la sensualité du simultané est décrite comme un point de vue à partir duquel il est possible d’observer différents points de vue. “[…] les trois dimensions qui définissaient l’espace de la Renaissance ont été rejointes par une quatrième : le temps.

Walter Benjamin va encore plus loin en s’intéressant non seulement à la transparence mais aussi à la réflexion, et parle d’une transparence de pénétration et de chevauchement dans laquelle les significations des choses oscillent et se fondent les unes dans les autres. La simultanéité spatiale et temporelle et la “déstabilisation des certitudes cognitives” qui y est associée
découle de “l’interaction formelle entre le premier plan et l’arrière-plan, la figure et le sol, l’espace et la surface”.

Seule l’inclusion du temps rend la réalité complexe de l’espace vivante d’un point de vue. L’espace acquiert un flou poétique dans lequel le temps et le moment étirés, le point de vue et le mouvement fixes, le processus et la situation, la totalité et l’extrait se fondent dans le simultané. Mais derrière la perception simultanée, il y a plutôt une image statique de l’espace. En fin de compte, la méthode consiste à figer les processus dans une image offerte. De plus, le spectateur n’est impliqué que de manière limitée. Il n’a aucune possibilité d’action, mais trouve un espace purement visuel. Une action entre l’objet et l’humain n’est pas le but. Afin d’ancrer le concept de temps dans la réalité, une intégration purement visuelle doit devenir une offre réelle et le mouvement doit entrer dans l’espace.

Cependant, les possibilités doivent non seulement être élargies, mais surtout, pour ne pas mettre en danger la capacité de décision de l’utilisateur, elles doivent être structurées de manière perceptible. Les changements dans l’espace ne doivent pas être un non-stop névrosé d’une société d’accélération incohérente qui ne connaît plus ni début ni fin. L’option et le changement ne deviennent significatifs et évidents qu’à travers un rythme possible : saisons, changements de température, changements de jour et de nuit ou sous la forme de cycles à moyen terme pour les changements de lieu, d’atmosphère ou de fonction. Le rythme crée une relation familière entre l’espace et le temps pour l’utilisateur. Comme les intervalles de changement restent explicables, cela donne un sentiment de constance dans le changement. Le rythme est la restructuration de l’espace déstructuré par le temps. Le temps cyclique prend le relais de la norme d’orientation nécessaire dans l’espace hiérarchisé et libéré. Cette norme d’orientation est à la fois l’ordre et la libre circulation.

L’architecture comme voyage

La salle optionnelle n’est pas un lieu fixe. Pour les habitants, c’est le vecteur du changement et une sorte de compagnon de voyage dans le temps. Une architecture qui bouge signifie un changement d’état et une distance par rapport à ce qui est familier. L’action que l’utilisateur déclenche sert de médiateur entre les situations. Le sentiment qui découle de l’utilisation de l’architecture optionnelle ressemble à l’ambivalence du voyage, qui oscille entre le désir de répondre à des attentes fixes - déclenchées par les guides de voyage - et l’aspiration à l’inconnu. Le connu et le familier de la situation réelle sont déposés par l’inconnu d’une situation possible. Il faut être prêt à prendre des risques pour sortir du monde des offres groupées familières. Ce n’est que par le mouvement et le changement de lieu, déclenchés par la curiosité, que l’on peut faire l’expérience de la liberté et élargir les horizons. Les choses intéressantes et extraordinaires ne peuvent être apportées et communiquées que par ceux qui se sont lancés dans un voyage. “Les nomades, contrairement aux sédentaires, ne se contentent pas de réserver quelques semaines de l’année pour le voyage vers le bonheur, ils l’élèvent au rang d’art de vivre”.

L’idée de Vilem Flusser selon laquelle “les nomades vivent et possèdent des sédentaires” montre clairement que de nouvelles expériences ne sont possibles que dans les limbes de l’improvisation et de l’expérience de la désaccoutumance. Les ethnologues ont constaté que les nomades n’ont pas de religion distincte et peu de coutumes et de rituels. Les voyages et l’expérience acquise remplacent les rituels. Ainsi, l’évasion de la vie quotidienne par le mouvement apporte un gain direct de connaissances et de bénéfices sans détours et peut se passer de rituels d’action bien ancrés.

De plus, les voyages entraînent une autre façon de faire les choses : Les objets deviennent plus petits et leur signification se concentre sur l’utilisation plutôt que sur l’esthétique. Il s’agit de la relation réelle avec les choses qui rendent les choses possibles plutôt que de les représenter.

Un autre effet secondaire poétique du mouvement et du changement dans le temps et l’espace par le voyageur sont ses traces. Une architecture du mouvement ne doit pas se fermer à la poésie des traces possibles. Sous forme de traces planifiées ou de traces qui apparaissent au fil du temps, elles peuvent devenir une expression architecturale reconnaissable de l’espace et refléter les possibilités de mouvement et les options. C’est une qualité et non un défaut d’usure que de pouvoir interpréter et déchiffrer le potentiel de mouvement au moyen de traces dans l’espace.

Poésie de l’incertitude

L’architecture est la tentative de prendre le contrôle de l’endroit. Les architectes veulent contrôler l’espace et sont généralement dégoûtés par les questions non résolues et les impondérables. L’inachevé est une tache, et les incertitudes déclenchent une perte de confiance dans le client.

Pendant la phase de planification, cependant, j’ai été confronté à des idées très changeantes et à des demandes contradictoires dans presque tous les rendez-vous avec les clients. L’ambivalence latente du client est confrontée à l’incertitude de l’architecte, qui cherche la meilleure solution possible. De plus, il est impossible de planifier ce qui va arriver à un lieu, car les utilisateurs seront bien plus créatifs que la planification ne pourra jamais l’imaginer. Le facteur imprévisible est l’utilisateur. Il est absurde d’attendre de lui qu’il fasse preuve de cohérence. La seule certitude est que même la planification la plus empirique peut être aliénée par l’utilisation possible et l’imagination des utilisateurs.

Le philosophe français Jean Baudrillard, cependant, voit plutôt la perte de contrôle et l’incertitude comme un avantage et parle dans ce contexte de l’imagination de l’utilisateur, qui utilise parfois un bâtiment de manière étonnamment différente que prévu. En tant que planificateurs, nous devons reconnaître qu’une mauvaise utilisation créative du planifié, telle que les situationnistes l’ont également vu en contraste avec l’hyperlogie banale de la modernité, est plus inspirante que l’accomplissement par l’utilisateur des modèles comportementaux calculés dans le processus de planification. “L’architecte ne peut jamais espérer dominer l’objet (c’est-à-dire le bâtiment lui-même) comme un événement […] ces (événements) se développent selon d’autres lois” et ainsi de suite… “notre monde serait insupportable sans ce pouvoir inhérent d’abus. (…) et je crois qu’il y a aussi quelque chose de séduisant pour les architectes eux-mêmes, d’imaginer que (…) les espaces qu’ils inventent (…) sont des lieux de comportement secret, aléatoire, imprévisible et, pour ainsi dire, poétique, et pas seulement ceux qui peuvent être enregistrés officiellement et en chiffres statistiques.

Le fait inévitable de perdre le contrôle du bâtiment après son achèvement et sa remise devrait donc conduire à d’autres stratégies que l’extension des mécanismes de contrôle dans les fantasmes de toute-puissance ou la restriction délibérée des possibilités d’action par le biais des spécifications de conception. Pourquoi ne pas simplement accepter l’incertitude, y voir un pouvoir presque poétique pour le projet, le prendre comme point de départ de la complexité d’un projet et y insérer consciemment des variables ? De cette façon, le projet devient plus honnête et plus contextuel.
Nos projets prescrivent donc rarement une séquence spatiale ou organisationnelle claire, mais proposent plutôt un système ouvert sur le plan fonctionnel et formel. Pour nous, c’est l‘“inachevé” qui rend la participation possible pour l’habitant, qui crée le tout par ses interventions. Nous voulons un espace qui va au-delà du résultat de l’objet construit, qui inclut le potentiel et vise également des zones en dehors de sa propre forme.

En plus des actions inattendues, il faut aussi faire place à l’imprévu. Mais il ne s’agit pas ici de canaliser un défaut de conception à travers l’architecture, mais plutôt, dans le sens de Charles Eames, qui distinguait les structures de forme et de croissance dans l’architecture, d’une attitude et d’un point de vue détendus qui voient l’espace réel comme n’étant complété que par l’utilisation et les choses qui le remplissent.

Cependant, l’objectif ne doit pas être de développer un camp neutre de pure infrastructure - les qualités sensuelles et physiques restent tout aussi nécessaires. Ces éléments, lorsqu’ils sont intégrés dans le design comme expression et indicateur de l’intensité de l’utilisation, peuvent être extrêmement utiles pour permettre une conception plus libre de la beauté.

L’espace optionnel ne présuppose donc pas nécessairement une structure pure et une zone neutre - personne ne veut revenir aux années 60. En fait, le modèle est plus Cédric Price que Constant et Archigram. Dans ses espaces flexibles, Price crée la référence humaine le plus facilement par son échelle et sa sensibilité conceptuelle, qui échappe à toute image audacieuse ou formelle et crée des offres honnêtes.

Mais pour être acceptés, les espaces optionnels doivent avant tout avoir une expression architecturale. Les structures neutres conduisent à l’uniformité par la dissolution des différences perceptibles et - selon Richard Sennett - conduisent ainsi, de manière compréhensible, à la monotonie de nos villes, dans lesquelles la flexibilité est rendue possible par l’interchangeabilité, mais au détriment de leurs habitants, qui sont ainsi devenus sans émotion. L’espace a besoin d’une présence architecturale, mais celle-ci ne doit pas nécessairement rester fixe. Ce qu’il faut, ce sont des espaces qui créent des atmosphères dans lesquelles les sensations de l’objet peuvent être éprouvées et l’expérience synesthésique est stimulée par la possibilité de changement.
Il s’agit toujours aussi de savoir ce que les espaces créent, car “l’architecture a le rôle que [Walter] Benjamin a attribué au cinéma : l’approfondissement de la perception - dans le cas de l’immobilier mobile, une perception plus complexe des phénomènes changeants.

Réalités possibles

“S’il y a un sens de la réalité, il doit y avoir un sens du possible. Mais s’il y a un sens de la réalité, et personne ne doutera qu’elle a le droit d’exister, alors il doit aussi y avoir quelque chose que l’on peut appeler un sens du possible.
Par exemple, la personne qui le possède ne dit pas : “Ici ceci ou cela s’est produit, se produira, doit se produire ; mais il invente : Ici pourrait, devrait ou doit se produire ; et lorsqu’on lui explique que quelque chose est tel qu’il est, il pense Eh bien, cela pourrait probablement être différent”.

La conception se fait au subjonctif et est une promesse d’avenir. Le lien entre le présent et l’avenir, qui s’opère dans le processus de conception, est la véritable poésie. Cependant, le sens de la “réalité possible” ou des “possibilités réelles” requiert de l’imagination tant pour l’architecte que pour l’utilisateur.

Il en est de même pour la pièce finie. Une pièce qui se transforme ne peut pas être expliquée immédiatement. Il perd son caractère de définition, devient interprétable et reçoit une profondeur picturale. Pour l’habitant, l’espace perçu, présent et futur possible est synthétisé dans l’imaginaire et transféré dans un état flottant d’ambiguïté visuelle qui dépasse le réel. L’espace visible et l’espace potentiel fusionnent, ou comme le dit Jean Baudrillard : “Un espace réussi est un espace qui existe au-delà de sa propre réalité”.
L’espace est exploré de différents points de vue “dans une sphère d’incertitude entre le conscient et l’inconscient”. Le chevauchement des scènes spatiales possibles donne lieu à une liberté de regard, dans laquelle on voit plus d’espace que ce qui est réellement présent à l’heure actuelle.
Ce n’est qu’à travers l’élément fictif et l’extension du réel dans l’espace imaginé et le mélange du présent et de son potentiel que la réalité de l’espace devient plus complexe et plus sensuelle. Le subjonctif est une véritable promesse disponible et une pulsion latente pour l’utilisateur.

Psychologiquement, l’état de suspension signifie une libération pour l’utilisateur. Un espace ouvert contient le potentiel d’actions multiples. Ce n’est pas seulement l’utilisation constante et effective des options qui est décisive, mais aussi la sérénité qui se dégage lorsque l’on a un potentiel de variation. Même le fait de laisser les “possibilités réelles” dans l’imagination a un effet libérateur.

Postface

“Drive to the countryside” a été achevé en 1997 et “Room with a view” en 2008. Au cours des dix années qui se sont écoulées entre les deux projets, un grand nombre d’ouvrages théoriques et de projets mobiles réalisés ont été créés dans notre bureau. Mon travail à l’université et ma participation à de nombreux projets d’étudiants ont stimulé et motivé en permanence le travail pratique.
Le présent ouvrage est le résultat d’un projet de recherche sur le thème de la densification des usages mené au semestre d’hiver 07/08 par le département de théorie de l’architecture de l’Université des sciences appliquées de Mayence, avec le soutien du ministère fédéral de la recherche et de l’éducation. Il s’appuie sur quelques réflexions tirées des travaux théoriques et des conférences qui ont été élaborés ces dernières années, les organise, les complète et les développe. Le livre veut maintenir le discours et les arguments passionnés en faveur d’une architecture directement accessible et est écrit avec la conviction qu’il existe différentes solutions qui ne doivent pas nécessairement être mobiles. Les contenus représentés et les projets présentés sont des exemples et ne sont pas écrits contre d’autres points de vue qui sont tout aussi engagés en faveur d’une architecture ouverte, humoristique et orientée vers l’utilisateur.